L'aquarium

12 octobre 2008

Un carnaval très technologique

Blog officiellement inerte depuis un peu plus d'un an... Mais, l'occasion étant trop belle pour être manquée, un petit billet pour le
3e festival des blogs médicaux
, sur le thème « Patients, médecins, qu’est ce que les nouvelles technologies ont changé pour vous ? ».

Il y a dans ma tête une petite collection de ces moments précieux, exaltants et souvent stressants, de ces minutes où l’on sait pertinemment que l’on est en train de vivre une grande première. De ceux après lesquels on se dit « Ca, c’est fait ! » avec un mélange de fierté et de soulagement. Il y a ceux dont la vie nous fait cadeau (heureuse surprise ou atroce nouvelle, c’est selon) à tous avec plus ou moins d’équité. Et puis il y en a quelques-uns spécifiques à ma formation: la première voie périphérique posée, le premier entretien psy en solo, le premier point de suture, le premier lavage/habillage stérile pour aller au bloc, le premier décès, … Il y en aura bien d’autres et je les attends de pied ferme.

Il y a peu, promue médecin remplaçante pour un mois (les stagiaires, quand le personnel manque, peuvent parfois servir), j’ai franchi le cap de la première visite (1) toute seule. Toute seule c’est-à-dire sans chef, parce que bon, faut pas exagérer, j’étais quand même accompagnée de l’infirmier en charge de mes patients et d’un ordinateur portable monté sur roulettes. Ce dernier contenant tous les dossiers de tous les patients du réseau hospitalier de la région (et donc ceux de la petite douzaine qui étaient sous ma responsabilité), il était loin d’être quantité négligeable.
D’un clic donc, la dame du 125, second clic son traitement, encore clic ses résultats de labo et d’examens complémentaires. Autre clic mes notes avec son évolution, contenant, soigneusement réfléchi la veille et virtuellement surligné en jaune, ce à quoi je dois penser ce matin. L’infirmier, à mes côtés, armé de sa tablette-écran tactile, me donne le poids du jour de la patiente et ses observations ou celles laissées là par ses collègues de la nuit. Tiens sa créat augmente, un petit tour dans les formules préenregistrées et j’ai sa clearance, meeeeeeeeerde elle passe en insuffisance rénale, va falloir que je lève le pied sur les diurétiques (2). Mise en suspends de cette partie du traitement et note pour la visite sur dossier avec le chef qui va suivre : stopper ou diminuer ? hydratation ? (notez entre cette fâcheuse découverte et la solution partielle à laquelle je suis arrivée une tachycardie sinusale, une hyper activation neuronale ne faisant qu’augmenter ma perplexité face au fait que je savais que j’avais su ce que je devais faire mais que là je ne savais plus, et quelques grandes et lentes inspirations de l’air parfumé à la solution désinfectante qui m’entourait permettant enfin une connexion synaptique).
Autre patient, quelques chambres plus loin : quel antibiotique donner pour ce germe, combien de temps, à quelle dose ?Un passage sur internet et un site référençant les médicaments pour confirmer mes souvenirs de cours, une prescription (lisible puisque dactylographiée) dans le dossier informatique (qui m’annonce que non, pas d’allergie chez ce monsieur) selon la liste de la pharmacie de l’hôpital et le tour est joué.
Des boutons rouges bizarres qui grattent? Vite google image que je me fasse une idée avant d’en parler au patron.
Une association de symptômes étrange? Quelques mots clés dans medline et me voilà prête à lire une pile (virtuelle) d’articles sur le sujet.

Après avoir vu, questionné, palpé, percuté, ausculté mes patients bien réels et leur avoir expliqué leur maladie, leurs médicaments, le pourquoi du comment de la suite de leur hospitalisation, annoncé les résultats des examens de la veille et leurs implications, me voilà de retour dans le bureau. Le patron m’attend, il est visiblement déjà passé voir (de son ordinateur) ce que j’avais modifié dans les traitements, les questions que je prévoyais de lui poser et ce qui m’avait tout simplement échappé pendant ce baptême du feu. Je m’en étais honorablement tirée, et j’avais su où chercher les informations qui me manquaient.
Mais le plus important, c’est que j’avais adoré ça. Pas les moments à faire de la paperasse (papier ou virtuel, même combat, indispensable mais chiant au possible); mais ceux avec les patients et leurs familles, avec pour seuls outils mes questions, mes mains et mon stétho, ma tête remplie de savoirs scientifiques et mes compétences humaines. Le jeu de piste qui mène au diagnostic, et puis traduire tout cela au patient, de manière à ce qu’il comprenne.

Internet, les ordinateurs et autres nouvelles technologies ne font pas le médecin, ils ne nous dispensent pas d’avoir des connaissances, des habilités techniques et humaines, un sens clinique. Mais ils mettent à notre portée immédiate des informations précieuses. Ce sont des outils magnifiques. À nous donc de savoir les utiliser correctement.
Dites, les « grown-up docs », comment on faisait, avant ?

(1) La visite, c’est le moment où le médecin hospitalier passe voir tous ses patients, les uns après les autres, pour ajuster leur prise en charge et les informer de ce qui se passe.

(2) Pour ceux qui n’y comprennent rien, le seul intérêt de tout ceci est de démontrer que je fais tout avec l’ordinateur, plus de papier, plus de carnets bourrés de notes manuscrites, plus de calculatrice et de formules qu’on oublie.

Posté par Piranah à 21:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 juillet 2007

Punto final

Ce blog était le récit d'une aventure, qui est maintenant bel et bien terminée. Alors je ferme.
J'ai eu un plaisir immense à écrire et à partager cette année espagnole avec vous.
Merci.
Je vous souhaite à tous plein de bonheur et de succès pour la suite!


Posté par Piranah à 16:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 juin 2007

PAUSE

Enfin vous avez remarqué!
Le temps que je retrouve ma vie, 10 mois d'absence c'est long...

Posté par Piranah à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2007

Requêtes Google - 2

Je suis rentrée samedi, pas encore vraiment atterri...
Je ne sais pas non plus ce que je vais faire de ce blog.
Alors en attendant que je métabolise ce qui se passe dans ma tête, quelques mots-clés qui vous ont peut-être amenés ici.

- Je veux venir à bout des pétards et des feux d'artifices (Du coup évitez l'Espagne, c'est plus prudent.)
- Cul poloïste (Très bon choix, bien musclé, tout à fait appétissant ;-) )
- Comment les requins font pipi? (Argh!!! Ca me fait penser à mes cours de biologie animale de 1e année... Pas plus de souvenirs malheureusement, désolée!)
- Un prof qui corrige une vierge (Ah non, dehors l'obsédé!)
- Je me suis retrouvée nue au service de gynéco (Ouais, difficile de faire un examen à une patiente habillée, mais pas très agréable je suis bien d'accord.)
- Photos de groupe de filles qui boivent (Les miennes sont nombreuses mais floues, le photographe étant aussi imbibé que les modèles... Et franchement pas passionantes.)
- Cours de palpation (Dehors j'ai dit!)
- Créer un bar américain avec aquarium (A Valence il y a une boîte avec aquarium de requins, c'est marrant)
- vééééélo ( A moi aussi il me maaaaaaaaaaaaannnnnnnnnnnqqqqqqqqqquuuuuuuuuuueeeeee...)
- Mon propre pied dans aquarium (Si il y a un piranah, faites gaffe à vos orteils!!!)

Posté par Piranah à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2007

Lost in translation

Entre fête d'adieux, autres soirées, plage, lecture, sieste et amis... Sur la fin et entre deux vies.
Plus facile de venir que de partir, de quitter un monde que l'on sait retrouver 10 mois plus tard que de gommer d'un coup de voiture la nouvelle vie crée ici. Entre profiter à fond du temps qu'il reste et larmes de devoir quitter ces gens, cette ville, cette langue et cette culture.
Le temps a un drôle de rythme en ce moment: il semble s'être arrêté, plus d'horaires, presque plus d'obligations sauf quelques certificats à récupérer. Mes amis en examen, du temps pour moi que je ne suis pas sure d'apprécier tant que ça... Déjà du temps sans eux! Mais parfois les heures semblent passer à vitesse grand V, je retrouve des gens un peu perdus de vues, on renoue des liens. Bonheur sur le moment, terreur de les perdre, après. Du coup on échange nos adresses en tout genre, entre le courrier, le mail, le chat... si on ne garde pas contact, avec tout ça!

Posté par Piranah à 11:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


29 mai 2007

Ensorcelée

Une ballade dans Valence, ciel bleu. 93 photos.
Je suis folle de cette ville.
En rapporter de petits rectangles mats ou brillants avec moi, et fixer à jamais les sons, les odeurs et les couleurs dans ma tête.
Accepter de partir d'ici, bientôt.
Pas gagné.

Posté par Piranah à 20:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 mai 2007

Requêtes Google - 1

Puisque j'ai passé ma journée entre le canap' et la plage, j'ai pas grand chose à raconter...
Alors je vous livre quelques morceaux choisis des requêtes par lesquelles certains atterrissent ici! Restitution intégrale, avec les fautes et tout.

-Photo sterilium (C'est un liquide bleu, dans un flacon en plastique... pas de quoi sortir un appareil photo!!!)
-Tendinite sous talon (Dessous??? Vous êtes sûr? Parce que sous le talon, il y a de la peau, rien d'autre!)
-Coiffure de fée (Alors là c'est pas ici... Mes cheveux sont très indépendants, ils font absolument ce qui leur chante, j'ai pas de solution à part le dressage à la laque ultra fixante!)
-Ou petons trouver une pharmacie de garde (N'y allez pas à pied, regardez l'adresse dans le journal avant, ça peut être loin!!!)
-Des photos d'un ECG (Ca peut être pas mal sur le mur du salon, à côté de celles du stérilium! Choisissez une torsade de pointe, c'est joli)
-Fac de médecine à moscou (Il fait froid là bas, et y a pas de tapas. Mauvais choix à mon avis!)
-Photos sous les jupes (Heu... Comment dire? Dégage!!!)
-Cloque aquarium (Ah? Non j'ai beau chercher je vois pas)
-Première échographie sonde vagin papa (Non non non, le vagin c'est la dame!)
-Je veux voire toute les jeune fammes... (On commence par suivre en classe, apprendre à écrire, compter...)
-Comment est l'aquarium de Valence (Beau, grand, génial!!!)
-Aquariume boisson a eaux froide (Les poissons ils font pipi dans l'eau, moi j'la boirais pas)

Posté par Piranah à 20:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2007

Les yeux des autres

Je viens d'accompagner mon dernier visiteur à la gare.
Avec lui j'ai visité Barcelone, où nous avons marché, marché et encore marché! Ceux qui savent la nullité profonde de la peau de mes pieds en déduiront sans surprise que j'ai eu des ampoules (trois rien que sur le petit orteil droit!!! J'en profite d'ailleurs, si quelqu'un connaît une recette préventive, dites le moi , por favor!), et que donc je regardais presque toutes les terrasses que nous croisions d'un air réjoui, pas tant pour le verre que pour la chaise qui m'y attendait ;-)
Mais quelle ville merveilleuse! Enchantés (ensorcelés?) par Gaudi, perdus volontairement dans les petites ruelles, yeux grands ouverts dans les multiples églises, gavés de tapas et de glaces... Résultat: 205 photos et bien plus de souvenirs.

Et puis retour à Valence, où la Coupe de l'America bat son plein. Jamais lassée de faire découvrir cette ville que j'adore à mes amis, entre le centre historique, la cité des arts et des sciences, le port et la plage, la Turia,... Je suis chez moi, ici pas question de tomber dans les bars à tapas spécial touristes! A chaque fois je redécouvre Valence à travers les yeux de mes visiteurs, au gré de leurs intérêts et connaissances. Partage de savoirs, de cultures, d'avis. Echange. Merci à tous pour vos visites, pour cette richesse sans fin que m'apportent vos amitiés.

Posté par Piranah à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mai 2007

Week-end de fête

Vendredi
6h30: Mon réveil sonne.
8h15: Je retrouve mes amis de cours d'espagnol devant la fac de psycho, ambiance stress et derniers coups d'oeil aux résumés. Arrive notre prof chérie, encore plus sur ressort que d'habitude, nerveuse elle aussi.
9h00: Distribution des copies. Il en manque deux (organisation espagnole sur toute la ligne, zen soyons zen!) et c'est sur moi que ça tombe.
9h20: Je commence enfin, et les épreuves écrites s'enchaînent.
13h00: Je sort plutôt contente, malgré une partie vocabulaire compliquée et une compréhension orale difficile, interview d'un journaliste argentin à l'accent plus que marqué! Nous essayons de comprendre comment va se passer la partie orale, nous somme très nombreux et les profs pas du tout au clair sur comment ils vont s'organiser. Finalement les 3 premiers passent puis pause.
14h30: Sandwich à une terrasse pas loin, il fait chaud, on papote, je réclame un arrêt glace au prochain kiosque, petit air de vacances...
16h00: Nous revoilà à la fac, pas eu ma glace du coup je me replie sur un coca light bien frais, je discute avec tout le monde, rien de mieux pour créer des liens que d'attendre ensembles.
17h30: Finalement c'est mon tour, l'examinateur parle plus que moi, j'ai dû dire 10 phrases grand maximum, je ne sais pas comment ils vont juger mon niveau... A questions basiques réponses basiques!
20h00: Je suis chez moi et tente de faire la sieste, sans succès; mon voisin apprend à jouer de la guitare et est en pleine répétition. Je me rabat sur une assiette de pâtes, la nuit va être longue.
23h00: Je retrouve deux amies en centre ville pour un verre.

Samedi
00h30: Devant la boîte, toute l'école est là. Il est tôt la boîte est presque vide, à l'exception des requins qui tournent en rond dans leur aquarium.
Plus tard: On danse on boit on re-danse et on fait des photos, j'ai perdu ma voix ce qui fait rire ma prof, aussi bavarde que moi, elle sait à quel point c'est frustrant!
Beaucoup plus tard: Nos deux profs-copines-grandes soeurs espagnoles nous disent au revoir, tout ça sent le début de la fin de cette année erasmus, mes yeux débordent, il doit y avoir de mon mascara sur les t-shirts de la moitié des copines...
Très tôt: j'ai faim, mal aux pieds, sommeil. Ca fait plus de 24h que je suis debout, le jour se lève sur Valence.
15h30: J'émerge, mon estomac me fait payer les lites de coca bus pendant la préparation de cet examen et tous les mélanges d'hier soir. Ordi et bouquin, sur le canapé du salon.
18h30: Je sort faire des courses, rendre un dvd oublié la veille, puis sieste. Faut se ménager!
23h00: J'arrive chez la reine de la soirée, 21 ans en erasmus c'est le pied!

Dimanche
3h00: On fini par se décider à bouger, direction la boîte qui est gratuite pour les erasmus le samedi. Etant donné l'alcoolisation des troupe (moi j'ai rien bu, mon estomac me rappelle à l'ordre à la moindre odeur d'alcool) le chemin semble long, à tel point qu'on arrive trop tard. On continue la fête à l'appart d'une copine juste à côté, puis on va à la plage.
5h30: Baignade et lever de soleil sur la playa. Qu'est ce qu'on est bien ici, ensemble.
7h15: Le premier bus me ramène chez moi, douche, pâtes et dodo.
14h00: Petit déj' d'affamée, msn pour décider de la suite de la journée.
16h00: Je fini par localiser les filles sur la plage.
18h30: Premier repas complet et équilibré du week-end.
20h30: Bouquin dans mon lit, je sens que je ne vais pas tarder à éteindre!

Et demain je vais à Barcelone, je rentre vendredi juste à temps pour un autre anniversaire ;-)

Posté par Piranah à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2007

Je vis au centre du monde

Et Valence commence à s'y plaire, dans cette position d'hôte d'une compétition internationale!
Parce qu'il faut bien le dire, la "Copa de la America" ne faisait pas vraiment l'unanimité ici. Les valenciens ne sont pas de gens de mer et la voile est un sport de (très) riches. Alors voir sa ville en travaux, dépenser des millions pour des infrastructures... Les gens ne se reconnaissent pas dans cet événement, à tel point que les organisateurs craignaient de ne pas avoir de public! Et finalement, les campagnes publicitaires, les efforts pédagogiques pour expliquer ce sport ont amené du monde au port. Public il y avait, mais de vent nulles traces... Début fastidieux donc, mais vent et soleil semblent être revenus.

Et ce que personne n'attendait, les résultats du Desafio español, en passe de se qualifier pour les demi-finales, fait monter l'enthousiasme populaire, à tel point qu'on commence à espérer une nouvelle victoire helvétique et une seconde édition valencienne!
Une finale Suisse - Espagne?!? Peu probable, mais étant donné que le David local (les espagnols ont un tout petit budget, ils sont là parce que chez eux) a gagné contre le Goliath américain, il est permit de rêver.

Posté par Piranah à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]