07 novembre 2006

Home sweet home

Trois fois en deux jours.
Trois fois les mêmes mots qui résonnent dans ma tête, comme à mon insu.
C'est la première fois, depuis que je suis ici, que mon inconscient me balance "Je veux rentrer", comme ça, sans prévenir.

Le premier était tout à fait instinctif, rentrer pour fuir, pour ne pas être dans cet ascenseur à chercher désespérément où était le rendez pour le cour pratique de gynéco. Faut dire c'était pas très clair, le nom de l'hôpital et l'heure. Voilà.
Optimiste et confiante (du moins pour trouver le lieu, parce que pour le reste j'ai stressé tout le week-end) j'ai commencé par demander à la réception, qui m'a envoyée dans le bâtiment d'à côté, où me dit de me renseigner au 1e. Là ils n'en savent rien mais on m'indique que le service est au 6e, que pour cela je dois changer d'aile... Je fini par trouver un ascenseur qui va jusque là haut. Je suis en retard, je déteste être en retard, comme je déteste être écrabouillée par mes semblables dans une boîte à chaussure qui pendouille dans le vide.
Finalement je rencontre des étudiants aussi perdus que moi, et on fini par découvrir, en repassant par le secrétariat de la fac, que nous avons rendez dans une salle de cour d'une autre fac, au sous-sol, pour un séminaire d'introduction... Ca aurait été sympa de préciser!

Sortie dudit séminaire je remâche ma déception en me baladant, sur les deux semaines de pratique prévus seulement 3 matinées et une garde au programme, c'est le prix à payer pour un luxe rare, chaque étudiant est seul avec un médecin.
J'adore la pratique, c'est la raison des heures de bibli, le grand frisson de la réflexion, de la rencontre, de la découverte des gestes, bref les bouquins deviennent réalité, enfin! Quel joie de raisonner, de jongler entre théorie et symptômes. Je m'y sens bien. Pas que je saches tout, j'ai mille et une choses à apprendre (voire plus, et tant mieux!), mais je sais que ça viendra, avec le temps et beaucoup beaucoup de travail, mais je me sens à l'aise, j'aime ça. Heureuse comme un poisson dans son bocal!
Mais loin de ces considérations, à nouveau je pense que je dois rentrer. Cette fois c'est réfléchi. Juste que si je fais si peu de pratique je vais non seulement ne pas avancer (et me faire distancer par mes collègues non migrateurs) mais aussi régresser, je vais être un véritable boulet en stage l'an prochain, genre pas capable de prendre une anamnèse, de poser son stétho là où il faut, de percuter sans planter mes ongles dans le dos du malheureux que j'ausculterai...

J'ai changé de groupe pour mes cours d'espagnol, bien obligée, puisque j'y allais le matin, tant que les pratiques n'avaient pas commencés. Nouvelles têtes donc, je suis un peu sauvage j'ai besoin de temps pour trouver ma place dans un groupe. A 17h30 j'en ai aussi un peu plein le dos, d'apprendre. Je préfère le matin, quand ma cervelle est encore toute fraîche. Bref, je me retrouve avec des Italiens obnubilés par le foot, sympa pour les parties d'oral, ils sont en majorité et ils parlent le plus fort,moi de toute façon j'ai pas grand chose à dire...
On attaque la grammaire, avec le subjonctif mon ennemis du moment. C'est mieux qu'il y a un mois, remarquez pas difficile j'en faisait un de juste au bol, de temps en temps. Mais pas encore acquis non plus, malgré le boulot.
J'en ai marre, de toute façon pourquoi je veux parler cette langue, il y a des fortes chances pour que je ne l'utilise pas beaucoup. Alors indicatif ou subjonctif, à quoi bon?
En plus il pleut, j'ai faim, il y a du monde dans le métro, mais qu'est ce que je fais ici?

Bah je sais bien que demain tout ira mieux, que je serai tout contente en blouse en salle d'écho, que j'adorerai parler cette langue et en éliminer peu à peu les fautes.
Mais je sais aussi que la vie loin de ma vie n'est pas plus parfaite que quand j'y suis.

Posté par Piranah à 22:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Home sweet home

  • courage ma grande!

    ô combien je te comprends ! Moi, je te trouve déjà très courageuse d'avoir entrepris tout cela ! Ne lâche pas maintenant ! En tout cas, tous les échos que tu nous livres sur ces pages font envie !

    Et puis, je viens en janvier, donc, il faut que tu restes à Valencia ;=)

    Pour répondre à ton mail, rien de neuf à Lausanne, froid, mais soleil (temps parfait à mon avis), boulot, boulot, et... boulot !

    Bref, je me réjouis de mes vacances de la Nouvel An...

    Bises

    Posté par Julien, 08 novembre 2006 à 18:36 | | Répondre
  • @ Tous

    J'ai dû mal m'exprimer, je rentre à Noël mais après je repart!!! Ce billet reflète un jour un peu mois génial que les autres, mais 1 sur 2 mois c'est une bonne moyenne, il me semble! Bref pas de soucis les gens, tout va bien, j'avais juste envie de grogner un peu
    Mais bon c'est vrai, vous me manquez!!! Besos, comme on dit ici.

    Posté par Piranah, 08 novembre 2006 à 19:58 | | Répondre
Nouveau commentaire